Se coucher les yeux moins fermés en quarantaine

Alors que les dessins de craie à l’effigie du mouvement « ça va bien aller » égaient toutes les entrées des maisons du Québec, on réalise que les arcs-en-ciel finissent par s’effacer sous l’effet de la pluie, mais que ce qui demeure, est notre grande résilience face aux situations imprévisibles et toutes les réalisations qu’on retire de ce temps de crise. Ce que nous vous proposons aujourd’hui, c’est quelque chose qui risque de demeurer longtemps à votre mémoire et de vous faire réfléchir, tout comme cette crise.

Il peut être tentant de ne rien vouloir faire durant cette période difficile (il n’y a rien de mal à cela, nous le faisons nous-mêmes très souvent), mais il est aussi possible de profiter de ce temps afin d’élargir ses horizons aux choses sur lesquelles on se ferme souvent les yeux par peur de faire face à la réalité. Nous vous proposons de prouver à la Covid-19 que ce n’est pas juste du négatif qui ressort de cette crise.

Alors que la quarantaine est surtout destinée à isoler les personnes afin d’empêcher la propagation d’une maladie, aujourd’hui, de par notre désir de joindre l’utile à l’agréable, le FEDJA se réunit (virtuellement) afin de vous propager un arc-en-ciel de films, documentaires, séries, livres et chaînes en lien avec le bien-être animal qui nous ont tous marqué ou confronté à un moment clé de nos parcours personnels respectifs menant à la réalisation de notre intérêt pour les êtres animaux.

 

Sandrine Girard-Bissonnette :

EATING ANIMALS PAR JONATHAN SAFRAN FOER

Eating animalsJ’ai longtemps fait l’autruche. Je ne mangeais pas de viande, puis de produits d’origine animale en général, pour éviter de contribuer à la souffrance des êtres animaux. Cependant, je ne voulais rien savoir des détails. Un jour, je me suis mise à feuilleter le livre Eating Animals par curiosité. Ce fut un choc. Jonathan Safran Foer, ayant lui-même oscillé entre une alimentation omnivore et végétarienne, nous guide à travers son enquête rigoureuse et ses réflexions personnelles sur la consommation de la viande. Impossible de faire l’autruche par la suite. Pour ceux qui cherchent à la fois des statistiques et des témoignages, qui veulent remettre en question ce qu’ils pensaient déjà connaitre, ce livre est pour vous.

Eating Animals est disponible sur Amazon (édition papier ou électronique) et dans le réseau des bibliothèques de Montréal. Le documentaire basé sur le livre, aussi intitulé Eating Animals, peut être écouté sur Netflix.

 

Noémie Caron :

BABE, LE COCHON DEVENU BERGER

Babe_le_cochon_devenu_bergerBabe est l’histoire d’un porcelet orphelin initialement destiné à l’abattoir, qui est gagné par un fermier lors d’une foire. Il croit que certains cochons ont la chance de quitter le monde cruel et sans lumière qu’est la ferme d’élevage pour se rendre au paradis des cochons, qui est un endroit tellement merveilleux qu’ils ne reviennent jamais. Quand il apprend la vérité, il essaie de démontrer sa valeur en tant que berger pour ne pas être mangé.

C’est probablement ce film, que j’ai écouté de nombreuses fois quand j’étais petite, qui est à l’origine de ma sensibilité pour les êtres animaux. C’est un film pour enfants, mais c’est en fait beaucoup plus que ça et il vaut la peine d’être visionné! En faisant la promotion du végétarisme, il a enclenché un mouvement dans les années 90 et a mené plusieurs personnes à faire des choix plus éthiques. L’un des acteurs est d’ailleurs ensuite devenu un activiste végane.

Par contre, bien que le film ait pu sauver beaucoup d’être animaux et que certaines scènes ont été jouées par un cochon robotisé, nous ne cautionnons pas l’exploitation des êtres animaux acteurs.

Le film est disponible sur Netflix.

 

Audrey-Anne Foisy :

OKJA

okjaLe premier film relié au bien-être animal dont je veux vous parler s’intitule Okja. Ce film raconte l’histoire de la société agro-alimentaire Mirando Corporation qui a mis au point une race de cochons génétiquement modifiés géants, ressemblant à des hippopotames et se comportant comme des chiens. Lucy Mirando qui dirige l’entreprise se concentre sur les 26 premiers spécimens qui seront élevés dans la nature selon les traditions locales des différentes régions du monde où ils seront envoyés. Elle compte organiser, dans dix ans, une élection du plus beau cochon. Mija, une jeune fille qui vit avec son grand-père dans les montagnes de la Corée du sud est en compagnie de l’un de ces cochons, et elle le nomme Okja. Elle ignore qu’il va lui être enlevé un jour. Quand la société Mirando vient s’en emparer, elle refuse cette séparation et se lance dans une mission de sauvetage qui la pousse même à se rendre aux États-Unis où Okja fait l’objet d’une controverse très mouvementée entre Mirando Corporation et les membres du Front de libération des animaux. Ce film m’a particulièrement marquée parce qu’il vient questionner les conventions sociétales qui entourent la consommation de viande dans une société industrielle, et il porte sur le volet de l’activisme, ce qui rend le tout très intéressant.

Le film est disponible sur Netflix.

 

THE GHOSTS IN OUR MACHINE

The_Ghosts_in_Our_MachineEnsuite, je vous conseille également de regarder The Ghosts in Our Machine, disponible sur Youtube et Google Play. Il s’agit d’un documentaire portant sur la photographe Jo-Anne McArthur, dont les photographies remettent en question notre vision des animaux en tant que nourriture et vêtements ainsi que des produits testés sur les animaux et les animaux de divertissements. Je trouve que ce documentaire est fascinant parce qu’il permet réellement à l’auditoire de voir les animaux comme des individus et non comme des objets, ce qui ne se fait vraiment pas automatiquement chez plusieurs personnes.

 

 

 

Mélodie Rochon :

What the Health

What_the_Health_cover_artCe documentaire a pour but premier d’exposer les effets néfastes que certains produits animaliers, tels que la viande ou les produits laitiers, ont sur le corps humain. En plus de cela, le documentaire cherche à comprendre le lien que certaines organisations ou chaines pharmaceutiques ont avec ses industries alimentaires. Les réalités sont troublantes et amènent inévitablement une réflexion sur la nécessité de consommer des produits animaliers.

Ce documentaire a été important pour moi puisque ça m’a permis de me dissocier des mythes que la société propage. Pour tous ceux se demandant si « on doit boire du lait pour avoir des os forts » ou si « la viande blanche est meilleure pour la santé que la viande rouge », ce documentaire est un must!

Disponible sur Netflix

 

The Game Changer

Pour être un athlète faut-il manger beaucoup de protéines animales? Selon ce game changerdocumentaire, une telle chose ne l’est nullement. Appuyé par plusieurs athlètes professionnels et de nombreux spécialistes, ce documentaire expose plusieurs effets que la consommation de viande peut avoir sur la performance, la force et même sur la vie sexuelle d’une personne.

Ce documentaire a été très important pour moi puisque je m’entraîne régulièrement. Souvent, on m’a confronté avec la fameuse phrase « tu ne peux pas développer de muscles si tu ne manges pas de viande ». Ainsi, ce documentaire a permis à plusieurs personnes de mon entourage de se départir d’un tel mythe. Pour tous les sportifs, il s’agit d’un documentaire à écouter attentivement!

Disponible sur Netflix.

 

Julie-Pier Bégin :

BLACKFISH : L’ORQUE TUEUSE

Une avocate m’a récemment suggéré d’écouter ce documentaire, et j’étais loin de prévoirblackfish que le visionnement de celui-ci allait changer ma vision de notre société à tout jamais. Ce documentaire porte essentiellement sur l’histoire des parcs aquatiques SeaWorld en y traçant notamment un portrait des différents incidents et procès qui s’y sont déroulés afin de faire comprendre aux gens les dangers et conséquences que peut entraîner la captivité.

Nous sommes en confinement depuis près d’un mois, et force est de constater que personne n’aime rester enfermé à longueur de journée ; les cétacés, dont le confinement s’étale tout au long de leur vie, non plus. Ce documentaire nous permet donc de relativiser notre situation, qui n’est pas permanente, contrairement à la leur.

Contrairement à la problématique des êtres animaux d’élevage, qui semble plus évidente et manifeste, la problématique des êtres animaux tenus captifs dans les zoos ou aquariums à des fins de divertissement en est une plus silencieuse, sournoise et banalisée. Ce documentaire m’a donc bouleversée, car j’étais loin de savoir toutes ces choses que les grandes entreprises qui en font la promotion prennent soin de cacher du public.

Je me rappelle qu’à cinq ans, mes parents m’ont amenée nager avec les dauphins. On m’a lancée dans le minuscule bassin contenant quelques dauphins et instinctivement, je me suis mise à pleurer et j’ai demandé à sortir. La petite fille que j’étais était loin de se douter de la militante que je deviendrais quelques années plus tard. À cette époque, le monde et moi-même ne savions pas encore pourquoi de telles pratiques étaient inacceptables, mais je le pressentais et je n’étais clairement pas à l’aise avec l’idée de confiner de grands mammifères marins, dont l’intelligence vous surprendra, dans de si petites cages, loin de l’océan.

Je vous défie de ne pas pleurer…

Pour finir sur une note plus positive, sachez que l’influence de ce documentaire a eu raison d’un sénateur qui a proposé d’introduire un article dans le Code criminel afin d’interdire la pratique. Depuis 2019, l’article 445.2(2) du Code criminel interdit de garder des cétacés en captivité au Canada.

Disponible en version française sur Youtube

 

PAW & ORDER : CANADA’S ANIMAL LAW PODCAST BY ANIMAL JUSTICE

Paw-Order-Logo1400x1400-1D’un point de vue plus juridique, nous avons la chance d’avoir gratuitement accès au seul podcast canadien portant sur le droit animalier. En effet, les animateurs, Peter Sankoff et Camille Labchuk, y vulgarisent plusieurs enjeux juridiques d’actualité, législations et affaires devant les tribunaux par rapport aux êtres animaux dans le contexte canadien tout en abordant du futur envisageable pour ce domaine. Façon simple, pratique et rapide d’en apprendre davantage sur un domaine en pleine expansion. Ce podcast deviendra incontestablement votre meilleur compagnon de transport vers le travail et l’école (quand ces activités reprendront).

Disponible sur Spotify, iTunes, Google Play et en ligne

 

Nous espérons que ces quelques suggestions auront le même effet sur vous que celui qu’elles ont eu sur nous, qu’elles vous feront réfléchir et qu’elles réussiront à vous ouvrir les yeux sur certains aspects de notre société.

Bonne ouverture!

 

Source image à la une : Angelina Bambina / Shutterstock

Publié par

Comité composé d'étudiant.e.s en droit de l'Université de Montréal ayant pour mission de sensibiliser la société aux enjeux moraux et juridiques concernant les êtres animaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s